Ma collection numismatique de PolynÚsie - Projet de nouveaux billets de banque en Polynésie

 

De nouveaux billets de banque d’ici 2014

Publié le samedi 02 juin 2012 à 01H00    Une première à l’IEOM

Les actuels billets de banque bientôt changés.

Les actuels billets de banque bientôt changés.

 

Les nouvelles coupures de franc pacifique, dont le graphisme a été entériné par le conseil de surveillance de l’Institut d’émission d’outre-mer (IEOM) jeudi, à Paris, entreront en circulation effective entre la fin 2013 et le début de 2014. Les services de l’Institut évaluent, en effet, à 18 mois la période nécessaire à la conception technique, l’impression et la mise en circulation des premières coupures. C’est la première fois de son histoire que l’IEOM procède ainsi au remplacement complet d’une gamme de billets. La procédure, régie par un protocole de sécurité similaire à celui de toutes les banques centrales, demandera la mobilisation de moyens importants, tant sur le plan technique qu’humain. Il s’agira notamment de préserver le secret sur le graphisme définitif, les tons et les dispositifs de sécurité qui permettront d’assurer la qualité des nouveaux billets. Et cela même si aucune filière d’ampleur ne s’est jamais lancée dans la fabrication de faux billets de francs cfp. C’est pour cette raison qu’aucune image, aucun visuel des futurs billets ne sera diffusé avant la campagne de communication qui précédera la mise en circulation. Cette campagne devrait commencer trois mois avant le grand saut, soit vers le dernier trimestre de 2013.

Elle visera à informer la population et à la familiariser avec les nouvelles coupures, qui remplaceront progressivement les anciens billets.

Source: www.ladepeche.pf/article/economie/de-nouveaux-billets-de-banque-d%E2%80%99ici-2014




“De nouveaux billets plus modernes et plus sûrs”

Publié le jeudi 07 juin 2012 à 01H00

INTERVIEW - Nicolas de Sèze, directeur général de l’IEOM

12
Dans une interview, Nicolas de Sèze, directeur général de l’IEOM, nous en dit plus sur les nouveaux billets de francs CFP.

  

 

Le patron de l’IEOM revient pour nous sur les nouveaux billets de francs CFP. Annoncées comme plus sûres et plus en phase avec les réalités culturelles des territoires français du Pacifique, les nouvelles coupures sont attendues pour 2014.

 

La création du graphisme des nouveaux billets était une exigence de l’Accord de Nouméa. Quel avantage les deux autres collectivités françaises du Pacifique vont-elles y trouver ?

En septembre 2010, le Congrès de Nouvelle-Calédonie a adopté une loi du Pays portant sur trois signes identitaires du Pays, dont le graphisme des billets de banque. À partir de cette décision, différents scénarii d’évolution de la gamme actuelle de billets CFP — par ailleurs devenue obsolète et insuffisamment sécurisée — ont alors été étudiés. Deux raisons majeures militaient en faveur d’un changement de gamme : la nécessité de mettre en conformité avec les standards actuels, les signes de sécurité des nouvelles coupures, et la volonté de réduire leurs coûts de production en adoptant un format sensiblement réduit, plus conforme aux normes actuelles de fabrication fiduciaire.

Le projet de renouvellement de la gamme de billets de l’IEOM a été présenté lors du Comité des signataires de l’Accord de Nouméa, le 8 juillet 2011, à Paris, sous la présidence de François Fillon, alors Premier ministre. Comme actuellement, le principe d’une gamme unique de billets pour les trois collectivités du Pacifique a été retenu avec une face polynésienne, une face calédonienne et la présence de signes identitaires de Wallis-et-Futuna sur chacune des faces. Après recueil des avis des autorités de chaque territoire, au début de l’année 2012, le Conseil de surveillance de l’IEOM du 31 mai a validé le changement de gamme de billets pour les trois collectivités. Les trois territoires du Pacifique seront donc concernés en même temps par ce changement de gamme de billets.

 

Quels sont les principaux changements apportés à ces nouveaux billets ?

Cette nouvelle gamme peut se résumer à trois changements majeurs : un design plus moderne, une sécurité renforcée et un format plus compact. Concernant le graphisme, nous avons retenu les thèmes suivants : flore et végétation pour la coupure de 500 Fcfp, faune terrestre pour la coupure de 1 000 Fcfp, faune aquatique pour la coupure de 5 000 Fcfp, architecture locale pour la coupure de 10 000 Fcfp et enfin arts et culture traditionnels pour la nouvelle coupure de 20 000 Fcfp. En matière de signes de sécurité, ce changement va permettre de mettre la gamme de billets Fcfp au niveau actuel de sûreté. Les nouvelles coupures bénéficieront ainsi des derniers dispositifs comme la transvision (1), la bande holographique ou encore l’encre à couleurs changeantes. Enfin, leur taille ayant été réduite, les nouveaux billets seront à la fois plus fonctionnels et moins coûteux.

 

À quoi ressembleront les billets, et quand les découvrira-t-on ?

Pour des raisons de sécurité évidentes, les représentations définitives ne peuvent pas être rendues publiques pour le moment. D’autant que les maquettes présentées aux autorités des différents territoires doivent maintenant être finalisées par l’ajout des sécurités et de certaines mentions obligatoires. Les représentations ne seront dévoilées que quelques mois avant leur première mise en circulation, par le biais d’une grande campagne de communication visant à sensibiliser l’ensemble des citoyens.

Je peux cependant vous donner quelques informations : pour les faces correspondant à la Nouvelle-Calédonie, elles ont été retravaillées mais leur graphisme découle du concours organisé en 2008 ; pour les faces polynésiennes, le graphisme a été réalisé à partir des thèmes retenus pour chaque coupure. Pour Wallis-et-Futuna, le principe retenu est la présence de signes représentatifs sur chaque face comme, par exemple, des motifs de tapa ou de siapo. Les graphismes utilisés et les motifs identitaires propres à chaque territoire, comme les maquettes finales de chaque billet ont, naturellement, fait l’objet d’une concertation étroite et d’une validation par les autorités de chaque territoire.

 

Pourquoi avoir validé la création d’un nouveau billet de 20 000 Fcfp ?

Cela correspond à une évolution classique et naturelle d’une gamme qui s’enrichit progressivement de coupures à valeurs faciales plus élevées : ainsi, par exemple, le billet de 10 000 Fcfp est-il apparu en 1986. Cette nouvelle coupure billet de 20 000 Fcfp devrait être mise en circulation en même temps que les autres billets de la nouvelle gamme.

 

À quelle date seront émises ces nouvelles coupures ?

La date de début de première mise en circulation n’est pas encore arrêtée mais, sauf imprévu, elle devrait intervenir dans un délai de 18 à 24 mois. Le planning de l’ensemble de l’opération sera présenté lors du prochain Conseil de surveillance de l’IEOM, en décembre 2012.

 

Quels avantages les utilisateurs vont-ils en retirer ?

Cette nouvelle gamme de billets permettra à la population, comme aux professionnels, de mieux se prémunir de la contrefaçon, grâce aux nouveaux signes de sécurité utilisés. Elle sera aussi plus pratique et fonctionnelle, son format légèrement plus compact et adapté aux standards actuels, facilitant sa prise en main et son usage quotidien. Enfin, d’un point de vue symbolique, le nouveau design des billets met en lumière et valorise l’exceptionnelle richesse des territoires et leur patrimoine naturel, artistique et culturel.

 

Quels moyens l’IEOM va-t-il mettre en œuvre pour préparer ce renouvellement ?

D’une part, pendant plusieurs mois, une grande campagne de communication accompagnera ce changement, en amont, afin que les professionnels comme le grand public puissent s’y préparer dans les meilleures conditions. D’autre part, au plan technique, les matériels de tri et de comptage des billets devront être renouvelés et les DAB seront adaptés à la nouvelle gamme.

 

Quelles sont les principales difficultés qu’implique cette opération ?

Il s’agit d’une grande première pour l’IEOM. Naturellement, nous nous y préparons activement. Ce projet de grande ampleur ne recèle pas pour autant de difficultés techniques particulières. Toutefois, sa préparation et sa réalisation nécessiteront une forte implication des agents de l’IEOM comme de l’ensemble des acteurs publics, des professionnels de la filière banque, des commerçants…

 

À quel rythme les billets vont-ils être remplacés ? Jusqu’à quand pourra-t-on utiliser les anciens billets ?

Toutes les coupures de la gamme seront remplacées à la même date. À partir de cette date de

première mise en circulation, une étape de plusieurs semaines s’ouvrira, au cours de laquelle une double circulation de l’ancienne et de la nouvelle gamme s’organisera. À l’issue de cette première étape, seuls les billets de la nouvelle gamme auront cours. Cependant, pendant plusieurs années, les billets de l’ancienne gamme pourront continuer à être échangés, exclusivement aux guichets de l’IEOM. Il appartiendra au Conseil de surveillance, au sein duquel chaque territoire est représenté, de valider le calendrier de lancement comme de déterminer la durée précise de chaque étape.

 

Quelle est la masse monétaire aujourd’hui en circulation dans les trois collectivités ?

Au 31 décembre 2011, 13 millions de billets en francs CFP étaient en circulation dans les trois

collectivités du Pacifique, représentant 43,6 milliards de Fcfp.

 

Combien va coûter l’opération dans son ensemble ?

Le coût de cette opération est relativement limité en regard des économies importantes en termes de coûts de production qu’elle va pouvoir générer, de sorte que l’investissement initial sera rapidement amorti.

 

Les pièces de monnaie vont-elles également être modifiées ?

Non, la gamme a déjà bénéficié, en 2007, des améliorations techniques nécessaires.

 

Transvision : En observant un billet par transparence, on voit apparaître totalement une image. Les deux motifs incomplets imprimés sur chaque face du billet se superposent pour former une image complète.

Propos recueillis par l’Agence de presse GHM

Source:
www.ladepeche.pf/article/societe/%E2%80%9Cde-nouveaux-billets-plus-modernes-et-plus-surs%E2%80%9D


Les billets Fcfp api seront d’une taille similaire aux euros

2 contributions

Publié le samedi 27 octobre 2012 à 01H00

L’Institut d’émission d’Outre-mer (IEOM) confirme l’arrivée de nouvelles coupures début 2014

L’Institut d’émission d’Outre mer a confirmé, hier, l’entrée en vigueur de nouveaux billets de banque destinés à remplacer ceux actuellement utilisés dans les trois collectivités françaises du Pacifique.

Ces nouvelles coupures n’ont pas été présentées… par mesure de sécurité.

Pour autant, ils seront disponibles courant 2014, avec plusieurs nouveautés, dont un billet de 20 000 Fcfp.

Nicolas de Sèze, directeur général de l’IEOM (ci-dessus, en chemise blanche)et Pierre-Yves Le Bihan, directeur de l’agence locale de l’IEOM.

Nicolas de Sèze, directeur général de l’IEOM (ci-dessus, en chemise blanche)et Pierre-Yves Le Bihan, directeur de l’agence locale de l’IEOM.

 

Une conférence de presse était organisée, hier matin, dans les locaux de l’antenne locale de l’Institut d’émission d’Outre mer, situés rue du docteur Cassiau, au centre-ville de Papeete. L’objectif était de profiter de la visite en Polynésie française du directeur général de l’Institut d’émission d’Outre mer (IEOM), Nicolas de Sèze, pour annoncer l’entrée en vigueur des nouveaux billets de banque qui remplaceront ceux actuellement utilisés dans les trois collectivités françaises du Pacifique, à savoir la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française, ainsi que Wallis et Futuna. “Les billets actuels sont devenus obsolètes au bout de 45 ans, et ils ne correspondent plus aux standards à l’heure actuelle en matière de sécurité, de format et de design. Les nouveaux billets seront plus sûrs, plus modernes et plus maniables”, explique le DG de cet institut, dont le siège est situé en plein coeur de la capitale métropolitaine. Pour autant, l’on n’en saura guère plus à ce jour sur les nouveaux billets, leurs visuels étant encore gardés au secret pour limiter au maximum tous les risques de falsification.

 

Un design rajeuni

Ce que l’on sait, par contre, c’est qu’ils bénéficieront d’un design rajeuni avec un “effet de gamme”, les thèmes restant ceux inscrits dans la culture des trois collectivités. Côté sécurité, ils seront “conformes aux standards fiduciaires internationaux, avec transvision, bande holographique et encre à couleurs changeantes”, ajoute Pierre-Yves Le Bihan, directeur de l’agence de Polynésie française de l’IEOM. Quant au lancement définitif, il a d’ores et déjà été annoncé pour le début de l’année 2014, le calendrier exact d’introduction des billets api et de retrait des anciens devant, quant à lui, être précisé lors du prochain Conseil de surveillance de l’IEOM, prévu à la mi-décembre.

“Des économies seront faites”
Pierre-Yves Le Bihan,directeur de l’agence de Polynésie française de l’IEOM
Quel est l’objectif de ce changement de billets ?

Le but principal, c’est d’apporter une meilleure sécurité pour les usagers sur la qualité des billets, et s’assurer que nous avons de vrais billets entre les mains. Le deuxième souci principal que nous avons, c’est de moderniser ces billets, donc effectivement, il y aura des économies qui seront faites. Mais le plus important, c’est que le public va avoir des billets qui seront réduits d’environ un tiers, donc plus facile à mettre dans la poche, et qui également seront un peu plus jolis, puisque nous aurons ce que l’on appelle un effet de gamme, donc des billets qui se déclineront de manière graphique.

Quels étaient les inconvénients des anciens billets ?

D’abord, ils sont bien nos billets actuels, mais ils sont vieux, plus de 40 ans, et on n’est plus assuré d’avoir un résultat optimal en termes de sécurité.

De plus, ils étaient un peu grands, ce qui les rendait gênant aujourd’hui pour la filière, d’une part dans les DAB Distributeurs automatiques de billets, ndlr) qui ne sont plus adaptés à des billets de si grand format.

 

“Le billet de 20 000 Fcfp : une évolution naturelle”
Nicolas de Sèze,directeur général de l’IEOM
Pourquoi avoir créé un billet de 20 000 Fcfp ?

Au départ, c’est une demande de la Nouvelle-Calédonie, et qui a été acceptée par les autorités des deux autres collectivités. Le billet de 20 000 Fcfp trouvera sa place au sein de la gamme, sachant que celle des billets en euros démarre de 5 euros pour aller jusqu’au billet de 500 euros. Le billet de 20 000 Fcfp équivaut à peu près à 170 euros, donc cela situe non pas dans le sommet de la gamme en euros, mais plutôt au centre, et c’est une évolution naturelle dans une gamme de billets. (…)

Cette nouvelle gamme, met-elle un terme à l’euro dans le Pacifique ?

Cette nouvelle gamme de billets qui va entrer en service en 2014 aura un certain nombre d’années de vie devant elle. Quant on parle de l’éventuel passage à l’euro, il faut savoir que c’est un processus qui est nécessairement long, parce que la règle qui avait été posée en 2004 par le gouvernement de l’époque, mais qui n’a pas été modifiée depuis, c’est que l’éventualité d’un passage à l’euro pour les communautés du Pacifique n’est pas exclu, le dossier est ouvert (…)

www.ladepeche.pf/article/societe/les-billets-fcfp-api-seront-d%E2%80%99une-taille-similaire-aux-euros


L’IEOM présente les billets api

Publié le mardi 22 octobre 2013 à 01H00

L'Institut d'émission d'Outre-mer a présenté les nouveaux billets de banque, hier matin. Vert, orange, bleu, rouge, les coupures se distingueront par leur couleur et leur dessin, représentant la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française et Wallis-et-Futuna. Ils seront aussi plus petits que ceux d'aujourd'hui, mieux sécurisés et en taille-douce pour les non-voyants. Il faudra attendre le 20 janvier 2014 pour les avoir en mains.

La création du graphisme des nouveaux billets était une exigence de l’accord de Nouméa

Les nouveaux billets seront mis en circulation le 20 janvier 2014 et circuleront avec les anciens jusqu'au 30 septembre 2014

À partir du 1er octobre 2014, l'échange des anciens billets ne pourra se faire qu'à l'agence de l'IEOM et ce, indéfiniment. Aux Australes, aux Tuamotu-Gambier et aux Marquises l'échange sera possible jusqu'en mars 2015

DR

 

L'opération est “inédite” pour l'Institut d'émission d'Outre-mer (IEOM) qui a engagé une grosse campagne de communication. Les billets de banque changent. À partir du 20 janvier 2014, la nouvelle gamme va être mise en circulation. Les anciens resteront valables pendant huit mois. À partir du 1er octobre 2014, les agences bancaires et l'OPT dans les archipels des Australes, des Tuamotu-Gambier et des Marquises pourront procéder à l'échange pendant encore six mois (jusqu'en mars 2015) et ensuite, seule l'IEOM pourra échanger vos anciennes coupures contre de nouvelles. Et ce, sans limitation de durée. Les anciens étaient devenus trop vieux. Ils ne répondaient plus aux standards de sécurité, ni à ceux de fabrication des billets en circulation dans le monde. Les signes de sécurité et le format seront aux normes internationales : des billets plus petits, de taille différente suivant la somme qu'ils représentent, une bande holographique difficile à dupliquer, plus compacts et plus maniables, avec des couleurs dominantes marquées, du papier plus épais et plus rigide et des signes pour les malvoyants. Leur présentation sera homogène, mais chaque somme est représentative des trois collectivités françaises du Pacifique : la Nouvelle-Calédonie, Wallis-et-Futuna et le fenua. Ce sont les autorités de ces territoires (le congrès de la Nouvelle-Calédonie, les autorités coutumières de Wallis-et-Futuna et le gouvernement de la Polynésie française) qui ont choisi les visuels entre deux maquettes proposées. Un billet de 20 000 Fcfp devrait également être édité, mais la Nouvelle-Calédonie n'a pas encore choisi sa face. Aucune date n'a été fixée quant à son entrée sur le marché pécuniaire des trois collectivités.

 

Cette adéquation aux normes internationales permettra à l'IEOM de gagner 40% en productivité, selon le gouverneur de la banque de France. Par contre, impossible de connaître le coût de l'opération. Pierre-Yves Le Bihan, directeur de l'IEOM, ne répond pas à la question, n'y voyant pas l'intérêt. Mais l'IEOM précise que “le coût de ce changement apparaît assez limité au regard des avantages en termes de sécurité et de facilité d'emploi. Les nouveaux billets auront un coût de production et de traitement très sensiblement inférieur à celui des billets actuels, de sorte que l'investissement requis sera rapidement amorti”.

Si les billets étaient trop vieux, c'est également l'accord de Nouméa, signé en 1998, qui a décidé de ce changement. Les propositions de graphisme pour les billets de banque font partie de l'accord, car ils entrent dans les signes identitaires comme le drapeau, l'hymne, la devise… La gamme de pièces n'est pas du tout concernée par ce changement. Ce sont en tout 14 millions de billets en Fcfp qui vont être remplacés dans les trois collectivités pour une valeur totale de 50 milliards de Fcfp. À partir du 20 janvier 2014, tous les distributeurs automatiques de billets et les guichets de Tahiti seront alimentés de billets tout neufs. Ce qui doit prendre une semaine selon l'IEOM. Pour les îles Sous-le-Vent et Moorea, cela prendra 15 jours (l'IEOM compte un mois pour les autres archipels). L'Institut a mis en place une grosse campagne de communication afin que tous les Polynésiens connaissent les nouveaux visuels des billets api. Il faut éviter que des personnes malintentionnées “s'engouffrent dans cette brèche pour proposer des billets”. Enfin, cette opération ne compromet pas un éventuel passage à l'euro, selon Pierre-Yves Le Bihan. “C'est une opération technique qui n'a rien à voir avec un passage à l'euro.” Aujourd'hui, seule la Polynésie s'est prononcée “pour” un passage à l'euro (résolution votée à l'assemblée en 2006) et il est nécessaire que les trois territoires veulent ce changement. Les billets api auront peut-être le temps de devenir vieux.

 

Lucie Rabréaud

lrabreaud@lesnouvelles.pf

 

Les nouveaux billets en détail en page 36.

Pierre-Yves Le Bihan, directeur de l'IEOM
“C'est amorti tous les 18 mois quand on change les billets”

Pourquoi avoir choisi ces thèmes ?

“C'est la culture, le patrimoine des territoires. Ce sont les autorités de chaque collectivité qui ont choisi les faces définitives.”

 

Les signes de sécurité sont renforcés.

Y avait-il des risques en particulier ?

“Ici, il y a peu de contrefaçons. On avait un niveau de sécurité qui était un peu faible. On a la possibilité d'arriver aux standards internationaux, on le fait.”

 

Quels sont les signes pour les personnes malvoyantes ?

“C'est en taille-douce : c'est une impression en relief à côté de la dénomination. Le chiffre est également en taille-douce.”

Concernant les pièces, y a-t-il un projet ?

“Concernant les pièces, on a fait les améliorations nécessaires en 2007. Nous avons changé l'alliage pour des conditions de sécurité et des considérations de production.”

 

Pourquoi le changement des billets a lieu maintenant ?

“Il y a les accords de Nouméa de 1998 - 2008, on devait le faire… On s'est réuni en 2011, avec les trois territoires et le gouvernement français, et c'était parti.”

 

Dans un changement de billets comme ça, quels sont les risques ?

“Il y aura une circulation un peu plus importante. On n'est jamais à l'abri de personnes malintentionnées qui voudraient se glisser dans le dispositif en proposant d'autres billets.”

 

Est-ce que vous vous êtes posé la question sur la parité avec l'euro ?

“Non, c'est une opération technique. Les billets sont vieux, on avait du mal à les faire fabriquer par la Banque de France. ça nous coûtait très cher. Il y a eu les accords de Nouméa… On a décidé de les changer. ça ne compromet en rien une éventuelle mise en place de l'euro. C'est amorti tous les 18 mois quand on change les billets.”

 

Où en est-on de l'éventuel passage à l'euro ?

“À ma connaissance, la Nouvelle-Calédonie n'a pas demandé à passer à l'euro.”

 

Les nouveaux billets sont de la même taille que les billets en euros ?

“C'est quasiment la même taille. On bénéficie d'échelle de production.”

 

Décryptage

• 25 décembre 1945 :

création du franc CFP

 

• 1999 : Parité officielle avec l'euro (1 000 Fcfp = 8,38 euros)

 

• 2008 - 2009 : concours de graphistes pour les dessins des billets

 

• 2010 - 2012 : choix des autorités locales (congrès de Nouvelle-Calédonie, gouvernement de Polynésie française, autorités coutumières de Wallis-et- Futuna)

 

• Fin 2012 : choix des caractéristiques de l'opération par le conseil

de surveillance de l'IEOM

 

• 20 janvier 2014 : mise en circulation de la nouvelle gamme de billets

 

• Jusqu'au 30 septembre 2014 : double circulation des nouveaux billets avec les anciens

 

• 1er octobre 2014 : l'échange des anciens billets est toujours possible au guichet de l'IEOM sans limitation dans le temps.

 

• 7,8 millions de billets sont en circulation en Polynésie française pour une valeur totale de 20 milliards de Fcfp. En Nouvelle-Calédonie,

ce sont 5,9 millions de billets qui

circulent pour une valeur totale de 24,4 milliards de Fcfp

 

 

Le billet de 500 Fcfp a été créé en 1968, modifié en 1994 et en 2001.Le prochain est de couleur verte. La face polynésienne présente des fleurs de tiare et de frangipanier et des cocotiers. L'oiseau du paradis, la feuille de taro et des motifs de bambou gravés décorent le côté calédonien. Une frise de tapa, de feuilles de kava et de siapo rappellent Wallis-et-Futuna.

 

 


Le billet de 1 000 Fcfp a été créé en 1968, modifié en 1994 et en 2001. Tout orange, la face polynésienne représente une tortue marine et une raie, la face calédonienne représente un cagou et une perruche d'Ouvéa.

 

 

 

Le billet de 5 000 Fcfp a été créé en 1970, modifié en 1994 et en 2001. Le nouveau billet de 5 000 Fcfp sera bleu avec un poisson napoléon et une huître perlière côté polynésien et un poisson cocher, un nautile et des poissons du lagon côté calédonien.

 

 

 


Source:
www.lesnouvelles.pf/article/ca-fait-la-une/l%E2%80%99ieom-presente-les-billets-api



A ce jour, 17702 visiteursont visité mon site
=> Veux-tu aussi créer une site gratuit ? Alors clique ici ! <=